S'il y a une leçon à tirer de la pandémie de 2020,c'est que même en cette ère numérique, nousdemeurons des êtres biologiques.

Nous avonsappris que malgré toutes les technologies dontnous disposons, nous ne pouvons pas échapper à lanature. D’une part, cette crise est une bonne leçond’humilité. D’autre part, elle devrait nous rappelerque même une puissante secousse à l’échelleplanétaire ne saurait contrarier la progression de laquatrième révolution industrielle. Au contraire, noussortons de cette crise avec une volonté encore plusgrande d’exploiter les technologies intelligentes,les nouvelles formes de renseignement et les vastesréservoirs de données pour transformer à peu prèstout ce que nous faisons. La COVID n’a donc pasanéanti l’avenir. Elle l’a simplement avancé.

À court terme, la reprise économique ne sera pasaussi rapide que les changements de consommationet sociaux qui frappent toutes les entreprises ettoutes les collectivités. Le tissu cicatriciel mettradu temps à guérir. Nous nous attendons à ce quel’économie canadienne, c’est‑à‑dire le PIB, fléchissede 7,1 % en 2020 à cause de la stagnation ducommerce international, du chômage invariablementélevé et du confinement des consommateurs.Même si les provinces autorisent la réouvertured’entreprises, de groupes communautaires et,plus tard, d’écoles, une nervosité sourde entraîneraune pause collective de l’économie. Partout, lesgens accorderont une nouvelle priorité à la sécuritédu revenu et à la protection de la santé.

Cette nouvelle ère d’insécurité n’aura pas pourunique effet d’imprégner la psyché des Canadiens.Nous estimons que même en connaissant une reprisemodeste, l’économie canadienne évoluera en deçàdes niveaux antérieurs au coronavirus jusqu’en 2022,et que la perte combinée de production économiquepour le Canada pourrait dépasser les 1 000 milliardsde dollars. Ce revers freine déjà les investisseurset les entrepreneurs, et pourrait également donnerà réfléchir aux dirigeants gouvernementaux quidistribuent des sommes sans précédent dans lebut de relancer une économie qui pourrait peinerà redémarrer. Notre suivi régulier des propriétairesde petites et moyennes entreprises montre que laprudence est généralisée : les trois quarts ont ferméleurs portes, en partie ou en totalité, et le tiersa licencié du personnel. Plus inquiétant encore,un quart d’entre eux craignent de ne pouvoir passerà travers la crise. Et si un Canadien sur cinq al’impression de « sombrer » économiquement,les propriétaires de petite entreprise sont deux foisplus nombreux à partager ce sentiment.

Il est difficile de savoir qui sera le premier à braverla tempête, mais c’est dans de telles circonstancesque les occasions abondent. Certes, le nouveaucoronavirus de 2019 a déclenché une récessionmondiale massive, mais il déclenche égalementdes vagues d’innovation provoquées par leschangements que nous apportons tous à nos façonsde travailler, d’acheter, de manger et de voyager.Des sociétés, anciennes et nouvelles, qui observentce changement soudain du comportement humain,commencent à prendre de l’expansion.

Dans le présent rapport, nous examinons huitgrandes tendances en cours dans le monde etmettons en évidence les possibilités qui s’offrentaux exploitants d’entreprise, aux investisseurs etaux innovateurs avisés. Nous savons tous à quelpoint nos vies ont changé et à quel point lesprobabilités que nous revenions à nos ancienneshabitudes sont faibles. Nous serons plus prudents,mais nous serons peut‑être aussi plus créatifs.Comme l’histoire se plaît à nous le rappeler, toutesituation sans précédent s’accompagne d’occasionssans précédent.


Lire le rapport intégral

Télécharger

 

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.